Le BD Concert

Le spectacle.

 

Quand musique et images de bande dessinée s'unissent pour donner vie au récit de Come Prima.

 

La bande dessinée COME PRIMA de l’auteur bordelais Alfred reçoit en 2014 le prestigieux Fauve d’Or du festival international de bande dessinée d’Angoulême.

Le groupe bordelais Splendor in the Grass décide dans la foulée de créer un BD-Concert dédié à COME PRIMA, Alfred accepte tout de suite leur proposition. Le succès est immédiat. 

Mais quel est le principe d'un BD concert ?

La création vidéo reprend la quasi intégralité des images et des textes de la bande dessinée d’Alfred projetés sur un écran géant. Les cases de la bande dessinée défilent, empruntant au cinéma ses enchainements de plans : zooms, travellings, fondus enchaînés, etc... 

Sur scène, à côté de l’écran, dans la pénombre, les musiciens de Splendor in the Grass jouent au rythme du récit une musique de compositions originales. Pendant 90 minutes, le spectateur devient lecteur, emporté par une émotion à la fois visuelle et musicale. 

Ce spectacle transcende l’émotion de la lecture et permet aux spectateurs une redécouverte de l’œuvre d’Alfred. Une expérience rare et intense.

L'histoire.

 

Entre road-movie heurté et hommage au cinéma italien des années 60, Come Prima conte les retrouvailles de deux frères, Fabio et Giovanni : l'un, ancienne chemise noire, fuit une famille qui ne le comprend pas ; tandis que l'autre tente de le ramener chez eux, par respect pour un père décédé. 

D'un trait lumineux, Alfred (Pourquoi j'ai tué Pierre avec Olivier Ka, Je mourrai pas gibier d'après le roman de Guillaume Guéraud) emmène son lecteur sur des sentiers inattendus, creuse un passé douloureux, des névroses installées. Oscillant constamment – et gracieusement – entre rires et larmes.

 

Les personnages principaux sont deux frères, Fabio et Giovanni, qui ne se sont pas vus depuis plus d'une dizaine d'années. Les premières minutes de leurs retrouvailles n'ont pas été particulièrement heureuses. On comprend que le plus âgé, Fabio, a mis de la distance entre sa famille et lui. Il semble tendu de voir Giovanni débarquer sans prévenir. Surtout pour lui annoncer que leur père est mort. On devine alors que ce dernier était au centre de la rupture de Fabio avec ses proches, de sa fuite.

 

Come Prima est lié aux origines italiennes d'Alfred et à son histoire personnelle. En Italie, aucune famille n'a échappé aux contradictions et tensions générées par la période du fascisme. Le grand-oncle d'Alfred était une chemise noire, tandis que le grand-père avait des affinités communistes. Leur histoire a inspiré le récit de Come Prima . Alfred a aussi pioché dans sa relation plutôt lourde  avec ses frères.

 

Pour préparer cet album, Alfred a usé d'une méthode peu conventionnelle. Il a d'abord rédigé un synopsis précis, pour se rassurer  "il s'agissait de mon premier livre réalisé seul ! Puis les choses se sont gâtées : je me suis rendu compte que j'allais être malheureux si je devais suivre un programme établi. En jetant ce synopsis, j'ai compris qu'il était bourré de colère, qu'il s'apparentait à une lettre d'insultes, à un règlement de comptes avec mon père, mes frères, et moi-même. Je n'ai gardé que quelques points de repères scénaristiques, et j'ai improvisé. J'avais besoin de développer l'histoire au fil de l'analyse que j'avais entamée, qui me permettait de creuser ma propre vie. J'ai tâtonné, cheminé, imaginé puis aussitôt dessiné chaque séquence – à la plume, à l'encre et aux crayons de couleurs, avant une colorisation à l'ordinateur. Le récit s'est apaisé. Ce livre est certainement plein d'imperfections, bancal ou flottant ici et là. Mais il me ressemble."

Come Prima. Alfred © Editions Delcourt